Avec Internet, à Dieu le protectionnisme intellectuel dans l’industrie de l’éducation !

Le développement de l’Internet et sa capacité de réseautage a induit une nouvelle politique de production, de diffusion et de mutualisation des ressources pédagogiques. Si tous les niveaux du système éducatif sont concernés, l’enseignement supérieur est en particulier à la pointe de l’évolution des pratiques de formations initiales de sorte que l’analyse de la transformation de ce secteur d’enseignement par l’Internet rendrait mieux compte de l’impact de cet outil sur l’ensemble de l’industrie de l’éducation.

La formation à distance, le télé-enseignement, l’enseignement télémédiatisé apparaissent comme des avenues inévitables pour répondre aux besoins de souplesse, d’autonomie et  de diversité  d’une clientèle parfois réellement confrontée aux contraintes de temps et de lieu. A l’enseignement présentielle dans une salle de cours, les Universités, Écoles et Centres de formation adjoignent une partie de plus de plus importante d’e-formation.

De Harvard University à l’Université de Montréal en passant par TéluQ, HEC Montréal, Université Paris VI, etc., une multiplicité de modalités de diffusion des supports de cours et de formation est aujourd’hui accessible : diffusion sur l’intranet de l’établissement,  sur un blog de l’enseignant, en large diffusion sur Internet, ou en mode « podcast », formes de « polycopiés » version numérique, etc. L’offre se présente de plus en plus sous forme de plateforme de Web based training (Learning Management System, LMS) avec parfois une transposition de la logique présentielle dans la formation en ligne avec des classes de cours virtuelles.

Le marché est devenu mondial et la concurrence aussi d’où la nécessité d’une infrastructure technologique importante et sophistiquée et des contenus de cours et une pédagogie appropriées. Aucun protectionnisme intellectuel n’étant plus possible, aussi bien faut-il se mettre en mesure, non seulement d’être présents sur les fronts de bataille de l’éducation, mais d’être meilleurs que les autres (ou aussi bons qu’eux) pour pouvoir exporter .

Pour répondre à tous ces défis et attirer plus de clients, les Universités, Écoles et Centres de formation créent des pôles de performance grâce aux partenariats. Au niveau canadien, de la seule TÉLUQ qui accueille plus de 17 000 étudiants par ans (http://www.teluq.uqam.ca/), on est arrivé à Université Virtuelle Canadienne(UVC). Alliance de dix universités, l’UVC®, une marque déposée, est un guichet unique ouvrant sur 10 universités canadiennes et plus de 300 programmes avec plus de 2000 cours offerts par l’Internet ou à distance aux étudiants vivant au Canada ou à l’étranger (http://www.cvu-uvc.ca/englishFR.html).

Ces pôles de performance se renforcent en signant des accords avec les entreprises des NTIC pour le développement de logiciels de formation et mutent vers un statut éditorial et industriel de la formation (Multimédia, Multi-supports, Multi-usage, Multi-cibles, Multi-niveaux, Multilingue).

Les gouvernements adaptent la règlementation pour accompagner les établissements d’enseignement supérieur dans cette mutation afin de répondre aux exigences du numérique; en témoigne la la loi no 2007-1199 du 10 août 2007 en France destinée à rendre les universités françaises compétitives.

L’avantage de pionnier avec son effet réseaux appartiendront aux Universités, réseaux d’Universités, Écoles et Centres de formation dont la crédibilité pédagogique et la qualité des équipes de formateurs sont fortement établies et notoirement reconnues.

 

Sources

 

  1. 1.    Gil, Phillipe « NTIC et Reengineering de la formation professionnelle»;
  2. 2.    la loi no 2007-1199 du 10 août 2007 en France
  3. 3.    http://www.teluq.uqam.ca/siteweb/recherche/
  4. 4.    http://www.teluq.uquebec.ca/;
  5. 5.    http://www.cvu-uvc.ca/englishFR.html

 

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>