Comment Internet et sa capacité de réseautage a-t-il changé les entreprises du marché de l’automobile ?

Il est certain que les stratégies Internet adoptées par les entreprises dépendent fortement des caractéristiques des différentes industries. Des secteurs tels que le tourisme ou le commerce de détail se prêtent bien à la vente sur internet et ces secteurs ont vu se développer de véritables modèles d’affaires autour de l’internet dans le commerce B2C (Business to Consumer). Dans les secteurs typiquement industriels, l’internet a également changé la donne mais d’une autre façon. Dans le secteur automobile, ce sont avant tout les relations inter-entreprises (donc B2B) qui ont été bouleversées avec l’arrivée d’internet. Les acteurs du secteur de l’automobile étaient déjà sensibilisés aux échanges électroniques via notamment les EDI[1]. Les EDI sont devenues le mode de communication privilégié entre les constructeurs et leurs équipementiers. L’industrie automobile a été un précurseur dans l’adoption de l’EDI, un mode de communication qui leur a permis d’automatiser les approvisionnements, diminuer les stocks et limiter les erreurs. Par la suite un certain nombre projets d’extranets régionaux se sont développés tels que l’ANX aux Etats-Unis, l’ENX en Europe ou le JNX au Japon. Ces systèmes ont été développés sous l’impulsion des constructeurs afin de développer les échanges d’informations entre les parties prenantes. Les constructeurs avaient besoin de flexibilité dans les processus de production notamment en terme de réactivité face aux changements de leurs besoins correspondant au passage à une production « juste à temps ». Par la suite, la plateforme électronique d’intermédiation Covisint, créée en 2000, avait pour objectif de créer une grande place de marché en ligne capable de coordonner l’offre et la demande. Cette plateforme est née à l’initiative des constructeurs Ford, Chrysler et General Motors (les « Big Three ») rejoint par la suite par Renault et PSA. Mais cette plateforme qui n’était pas rentable a été revendue à la société américaine Freemarkets en 2004 en raison de difficultés à recruter un nombre suffisant de fournisseurs et à générer les volumes de transactions satisfaisants. Ces difficultés sont surtout dues au manque d’indépendance de la plateforme qui était capté par les constructeurs qui avaient pour objectif de renforcer leur domination face aux équipementiers. Il ne fait aucun doute que le système d’intermédiation constitue un choix d’avenir pour cette industrie si certaines conditions de neutralité et de transparence se vérifient dans la mise en place de ce genre de systèmes.

Shéma Blog 2D’un point de vue B2C l’internet a permis l’amélioration de la relation client-entreprise dans le secteur de l’automobile comme le note également Eugen dans son billet. Aujourd’hui la majorité des constructeurs automobiles proposent aux internautes de personnaliser leur véhicule sur les sites des constructeurs et passer commande directement en ligne. Ainsi, les consommateurs ont la possibilité de modifier en ligne certaines options ou caractéristiques de la voiture qu’il souhaite acquérir telles que la couleur, la boite de vitesse, les jantes, etc. De la même façon, le client est invité à suivre l’évolution de sa commande passée sur internet comme pour n’importe quel autre produit. En outre les constructeurs voient la demande évoluer et être de plus en plus exigeante notamment par rapport à la qualité du service. La encore Internet est un formidable outil d’étude de marché qui permet aux constructeurs de relever des tendances et répondre mieux aux besoins spécifiques d’un segment de marché. Ainsi les visites des internautes sur les sites des compagnies, les forums de discussion ou les enquêtes en ligne constituent une formidable quantité d’informations à la disposition des constructeurs afin d’améliorer la satisfaction des clients.

En conclusion, l’internet a modifié le secteur de l’automobile  à la fois dans leurs relations B2B par la mise en place de nouveaux moyens de communications entre les constructeurs et leurs partenaires (extranets, place de marché en ligne) et dans leurs relations B2C par l’amélioration de la relation client-entreprise.

Sources :

  • http://www.journaldunet.com/0401/040107covisint.shtml
  • Place de marché électronique et pouvoir de marché dans l’industrie automobile, Sébastien Tran, Université Paris Sud
  • LE COMMERCE ELECTRONIQUE INTERENTREPRISES, Son impact dans Le Secteur Automobile, Décembre 2001.

[1] EDI : Echanges de Données Informatisées principalement entre les constructeurs et leurs équipementiers

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

2 Commentaires »

 
 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>