De L’antagonisme égoïste à la cohabitation pacifique dans l’industrie de l’éducation

« L’insociable sociabilité » de l’homme du philosophe Kant trouve son application dans le secteur de l’enseignement supérieur  où elle pousse parfois les établissements d’enseignement supérieur à «abandonner la  guerre de tous contre tous pour se regrouper» en pôles. Se battre ou négocier dépend des gains espérés.

‘La guerre de tous contre tous’

 Chaque établissement d’enseignement supérieur québécois veut disposer du maximum d’étudiants et donc de ressources financières. Pour y arriver, ils définissent des stratégies. L’Université de Montréal crée le Bureau de l’Enseignement Régional (BER), avec le campus de Laval, de Lanaudière, de Longueuil, du Québec, et de Mauricie. L’université de Sherbrooke crée le campus de Longueuil. L’UQAM s’implante en Lanaudière, à Laval, à Montérégie et dans l’ouest-de l’île. Des universités comme Sherbrooke, UQAM, McGill, Laval créent des programmes de formation continue et des formations des adultes ; l’UdeM crée à son tour, la Faculté de l’Éducation Permanente (FEP) avec possibilité de formation à distance et baccalauréat par cumul de certificats. L’UQAM fusionne en octobre 2005 avec TELUQ pour en faire son université à distance ; l’Université de Montréal, intègre iTunes U. en 2009 et devient première université francophone au monde à utiliser iTunes U. permettant ainsi aux professeurs et la direction de l’UdeM de joindre de nouveaux publics et de futurs étudiants partout sur la planète. L’Université Concordia crée ‘Concordia’s John Molson School of Business’ en inaugurant en septembre passé des locaux propres à l’école (budget, 118,5 millions de dollars) et  entièrement écologiques, courant électrique et chauffage fournis à base des panneaux solaires (http://www.concordia.ca/images/about/whoweare/tellingourstories/research/jmsbopening-thumb.jpg). Ce qui envoie des signaux à HEC. HEC-Montréal avec son commanditaire Financière Banque Nationale, construit de son côté une salle des marchés (http://www2.hec.ca/salledesmarches/09001_003.jpg) avec l’information financière nationale et international en temps réel avec des logiciels spécialisés.

 Négociation et partenariats

 Les coûts liés à la concurrence peuvent parfois être exorbitants suggérer une solution pragmatique profitable pour tous. Au lieu de faire concurrence en créant ses propres facultés de gestion et de technologie, l’UdeM s’affilie à HEC et École Polytechnique. Tous gagnent en coûts et en notoriété. On retrouvera également plusieurs programmes de haut niveau offerts en coopération par  plusieurs universités et écoles canadiennes au lieu de se concurrencer

  • Ph.D. (communication), UdeM-Concordia-UQÀM
  • Ph.D. (mathématiques – option mathématiques de l’ingénieur), UdeM-Polytechnique
  • Ph.D. (histoire de l’art), UdeM-Concordia-Laval-UQÀM
  • Ph.D. (service social), UdeM-McGill
  • Ph.D. (sciences infirmières) UdeM-UQAC
  • Maîtrise (évaluation des technologies de la santé) UdeM- U.Ottawa, Barcelone, Rome
  • M. Éd. (enseignement secondaire) UdeM-UQÀM
  • D.E.S.S. (santé et sécurité du travail), UdeM-HEC-Polytechnique
  • Certificat (études néo-helléniques), UdeM-Concordia- McGill

Les coûts liés à l’infrastructure du e-Learning et les besoins de programmes plus pointus vont renforcer davantage la coopération avec la création des pôles régionaux et internationaux conduisant ainsi les joueurs à quitter la phase de conflit pour celle de la négociation. Ne sommes-nous pas déjà à la phase évolutive dans ce secteur avec M-Learning ?

Sources :

 

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

1 Commentaire »

 
 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>