Google prendra-il une place dans le monde physique ?

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

9 Commentaires »

 
  • mianavahy says:

    Google a toujours été une entreprise de logiciels, elle n’a aucune expérience dans les produits physiques, cette entreprise se base avant tout sur la virtualité de ces produits car c’est là qu’elle a basé toute sa stratégie. Certains produits peuvent vaguement être qualifiés de produits hardware tel que Google Search Appliance ou google Mini mais ce sont des solutions de recherche basées sur du soft. Les produits physiques ne sont pas les priorités de Google cependant les rumeurs sur un éventuel telephone : gPhone se confirment de plus en plus. Un téléphone qui englobe tous les services de google et qui pourraient concurrencer iPhone. Les articles comme Libération ou challenges.fr affirment que que Google a bel et bien développé un prototype de téléphone portable qui pourrait voir le jour, commercialement parlant, d’ici une douzaine de mois. Cependant l’entreprise elle ne fait aucun commentaire sur ce sujet.

    http://www.challenges.fr/actualites/business/20070821.CHA9128/google_veut_lancer_son_gphone.html
    http://actu.abondance.com/2007/08/le-gphone-dvoil-dans-15-jours.html

    Cette possible percée dans le monde physique peut très bien être profitable à Google vue que ce type de produit est en relation avec ses produits précédents, de plus l’entreprise a les ressources nécessaires pour percer dans le monde de la télécom. Cependant je trouve que cela constitue un beau défi pour la société vue son manque d’expérience dans la téléphonie mais aussi l’image qu’elle a toujours reflétée : càd une entreprise logicielle; les utilisateurs peuvent mal percevoir ce v irement et avoir du mal à utiliser un produit tel que gPhone.

    En somme, google essaie de prendre petit à petit une place dans le monde physique mais tant que ces nouveaux produits sont en relation avec ses autres services : le risque est moins élevé. De nombreux défis existent et l’entreprise est très jeune, son manque d’expérience peut lui causer du tort. Elle devrait prioriser ses solutions software et faire du hardware une solution annexe.
    De plus, l’entreprise peut très bien prendre l’exemple des autres grandes entreprises comme Apple et Microsoft qui ont bien réussi dans les produits physiques (Ipod et Xbox) mais dans ce cas elle pourrait s’éloigner de son slogan : dont be evil.

  • vincent says:

    Tout d’abords je voudrais indiquer que Google offre déjà un certain nombre de produits dans le monde réel. Du server Google-mini, en passant par l’option de placer des publicités Adwords sur des journaux papiers ainsi que la panoplie complète de gadgets de type stylos et clef MP3 qui sont offerts aux google aficionadios. Ce n’est donc pas une entreprise entièrement néophyte dans le monde physique bien que ces activités ne représentent pas plus d’un pourcent de leurs chiffres d’affaire selon le dernier rapport financier. Il est donc claire que le focus de Google n’est pour le moment pas de se concentrer sur des produits « physique » mais cela pourrait changer plus tôt que nous pouvons l’imaginer.
    Leurs différents poissons d’avril et autres « google hoaxs » nous ont prouvés que le marché réagirait positivement à un développement offline. Que ce soit avec des produits complètement farfelus du type boissons énergétiques (Google Gulp) ou avec des produits bien plus probable d’exister (par exemple Google Print, qui permetrait d’imprimer ses emails en version papier directement de son compte gmail), les consommateurs ainsi que les financiers y ont plus ou moins crus et ces communiqués de presse on eu un effet direct sur le cours de l’action de l’entreprise.
    De plus la capacité reconnue de Google à être innovante ne les empêcherait pas de se développer sur des produits qui s’éloigneraient du monde en ligne, surtout s’il reste dans un domaine d’activité proche de leur métier actuel. Un axe de développement assez probable pourrait être par exemple une croissance sur les couches de l’économie numérique plus hardware (couche 1 selon le centre de recherche sur le e-commerce de l’Université du Texas). Google qui a su recruté plusieurs ingénieurs provenant des grandes entreprises de réseaux (Cisco, Lucent Technology ..) aurait donc déjà les ressources humaines nécessaire pour ce développer sur ce segment du monde plus physique.

    Il faut aussi noter que Google a aussi su créer en moins de 10 ans une des plus fortes images de marque sur Internet, ainsi qu’une base clientèle représentant plus de 50% des internautes mondiaux et détient aujourd’hui plus de 65% de part de marché des requêtes sur les moteurs de recherches. ( Source: HitWise, Avril 2007) . Si nous prenons l’exemple de Reader’s Digest. Cette entreprise est devenue d’un simple magazine papier au début des années 1920 un des plus grands vendeurs de produits par correspondances ainsi que l’organisateur de tombolas mondiales. Reader’s Digest à su utiliser sa forte image de marque et monétiser sur sa base clientèle tout en se développant avec des produits qui n’avaient que très peu de rapport avec leurs métier initial de l’édition (Source : Site Corporatif de Reader’s Digest). La dominance actuelle de Google peut nous permettre de suggérer que l’entreprise pourrait elle aussi se développer sur des secteurs qui n’auraient pas nécessairement de liens directs avec la technologie comme l’a fait Reader’s Digest.
    Enfin pour conclure ce billet je voudrait dire que selon moi une entreprise DOIT se réinventer régulièrement afin de rester compétitif et cela peut s’effectuer en prenant des décisions stratégiques de rajout d’axes de produits. En 2000 Times Warners, le géant américain de l’édition a racheté AOL pour devenir une entreprise globale de media avec une présence combiné hors et en ligne. Bien que cette fusion fut loin d’être d’un succès pour plusieurs raisons, ce développement stratégiques a une certaine logique et je ne vois aucune raison qui empêcherait Google dans un futur proche de se développez dans le monde physique : soit en développant ses propres nouveaux produits offline, soit en rachetant une ou plusieurs entreprises dites « brick and mortar ».
    N’oublions pas non plus que de nombreux nouveaux brevets sont enregistrés chaque mois par Google et selon certaines sources journalistiques spécialistes du web (exemple, Information Week), des brevets ayant rapport avec des combinés de téléphones portable seraient en cours d’enregistrement. Alors à quand le premier « vrai » GPhone ?

  • 11046802 says:

    Plusieurs commentateurs et enthousiastes rêvent du jour où Google étendra son empire au domaine réel. Débutant en tant que moteur de recherche efficace, la compagnie s’est élargie graduellement en proposant des applications pratiques et gratuites. Elle s’est entourée d’une communauté de fans de ses produits et surtout de sa philosophie. À une époque où écologie et responsabilité sociale sont à la mode, le “Do No Evil” de Google séduit. Profitant d’une image de marque pratiquement mythique, l’ange de l’économie numérique devrait-elle faire le grand saut et se mêler au Microsoft, Apple et Dell de ce monde ? La réponse à cette question varie en fonction de la direction que prend Google.

    Extension logicielle et matérielle

    La voie la plus logique serait l’extension de ses applications. Depuis les deux dernières années, nous assistons à une diversification de l’offre logicielle Google. Il est maintenant possible d’exécuter presque toutes les tâches informatiques de base (traitement de texte, courriel, photos, chat, etc.) à l’aide de la suite Google en ligne. Le seul programme externe nécessaire est un système d’exploitation. Dans une première étape, Google viendrait combler ce vide en créant son propre système d’exploitation. Plusieurs rumeurs viennent appuyer cette option. Ce système viendrait offrir une quatrième voie après Windows, Apple et Linux.

    Une fois cette intégration terminée, Google pourrait décider produire ses propres ordinateurs. À cette étape, Google serait réellement implanté dans le marché réel et viendrait compétitionner avec les grands constructeurs comme Dell et Apple. La gratuité disparue, Google reviendrait sur un modèle d’affaire plus traditionnel. En effet, il est difficile de concevoir comment Google pourrait appliquer son modèle publicitaire au marché matériel. Ce modèle ne serait pas nécessairement intéressant puisqu’en faisant cavalier seul, Google se mettrait à dos une partie de l’industrie réduisant de la même manière la pénétration de ses autres produits. Une formule de partenariat avec un constructeur d’ordinateur (comme les rumeurs de rapprochement avec Apple) serait probablement préférable.

    Téléphonie et internet

    Depuis l’annonce de son intérêt d’enchérir sur les fréquences cellulaire de 700mhz , les rumeurs d’une avancée de Google dans le marché cellulaire vont bon train. La convergence des plates-formes étant à la mode – notamment en ce qui a trait au iPhone – la téléphonie pourrait être une manière efficace de faire son entrée sur le marché réel. Un gPhone, en partenariat avec un fabricant de cellulaire et couplé à un service d’accès cellulaire régional pourrait facilement se réaliser.

    Du côté Internet, Google pourrait de devenir dans certaines régions un fournisseur d’accès Internet. Une sorte d’AOL inversé, ce projet serait le plus facile à implémenter puisque Google a déjà les connaissances et les ressources pour agrandir son réseau de serveurs. Cette extension pourrait également prendre la forme de borne sans-fil ou de point d’accès public pour démocratiser Internet.

    Autres domaines

    Il est bien sûr possible d’imaginer d’autres domaines où Google voudrait s’étendre. Le cinéma, la télévision, la musique sont souvent évoqués. De cette manière, Google deviendrait un fournisseur de contenu ou à tout le moins fournisseur du contenant. Un hybride entre Itunes et AdSense gratuit ? Peut-être. C’est probablement plus près du “wishful thinking” que de la réalité.

    Il faut regarder les choses avec un peu de perspective. La presque totalité des revenus de Google en 2007 dépendent de la publicité. En effet, même Eric Schmith (CEO) l’avoue en entrevue avec Wired , sa compagnie est essentiellement une régie publicitaire. Au niveau strictement financier, tous les services et applications produits par Google sont pratiquement négligeables. S’il désire aller sur le marché réel, le publicitaire Google devrait commencer par se diversifier et faire reposer son chiffre d’affaire sur quelque chose de plus concret que la publicité.

  • Abelle says:

    My answer to this question is of course yes. I think it may be more appropriate to discuss to which extent Google can infiltrate into the physical world. However, it will be much harder to answer the latter question, because the “physical world” varies here and there and Google’s status fluctuates consequently. So I’d like to focus on “Google in China” this time, a subject which is easier for me and which should be somewhat original to this class.

    Actually, Google’s history in China is much shorter than that in the Occidental countries. Its official entry into China’s market is on the Apr 12, 2006, with both high expectations and ominous predications. Today, how is it running? Let’s give a glance on the result of the « China Internet Research Engine Consumer Annual Report », just released by China IntelliConsulting Corporation on Sep16, 2007. This report is conducted in the three biggest cities of China, which means Beijing, Shanghai and Guangzhou. The information about the interview was gathered by a CATI (computer assisted telephone interview) system, with in each target city 1000 successful samples.

    According to this report, until June 2007, the average market share that Google occupied is 23%, say the second in the Chinese market, but far behind the first one Baidu, whose portion reaches 69.5%. Compared with the Report of last year, the proportion of Google has dropped 1.1% while Baidu has rose 7.6%.

    Surely, there are many reasons leading to the “not –very- successful performance” of Google in Chinese market, like the limited time after its entry, the unfamiliarity with the government, or a rather different sales model in a market which is not totally standardized. But here, I’d just like to talk about some observations from a very common Chinese user’s perspective, especially on the factors which may be obstacles for Google to advance into the Chinese’s real life.

    Firstly, what should be mentioned is the dissimilarity in the conception of Internet’s function. I think for most Chinese, when we talk about “Internet”, the first idea is “a way of communication and entertainment” but not “an assistance to the real life”. This feeling can also be confirmed by the «20th Statistical Survey Report on the Internet Development in China», published by CNNIC (China Internet Network Information Center) in July 2007. This report shows, 68.5% of the Chinese users have listened to or downloaded music from Internet and 61.1% used it for movies or TV series (I should recognize most of them don’t pay for it). Also, 69.8% Chinese Internet users depend on it for instant online communication and 47% play game on net. These four figures are all higher than those of America, which is 34%, no figure, 47.7% and 35% accordingly. However, regarding to the purchase online, which is a very common conduct in USA, only 25.5% Chinese Internet users have tried it. 46% Americans looked for job on web while only 15% Chinese made use of it. Also, over 60% Americans booked their travel online but this figure in China is a mere 3.9%.

    Why? I suppose there are also many reasons, but one main problem, though I regret to say, is the incompleteness of the credit system. In other words, the lack of the honor of credibility in a still somewhat disordered market. When people make transaction online, they don’t feel secure; when they get information from Internet, especially from the advertisements, they are afraid to be cheated. Let’s pay attention to another result from the report of CNNIC: averagely, only 35.1% users in China show trust in Internet. What’s more, the higher education people get, the lower confidence they have in Internet’s reliability. For those who get a bachelor’s degree, only 29.6% express trust in Internet. Consequently, people only prefer to get amusement from Internet, as to doing business, they still remain prudent. Take publishing advertisements on Google for example: on one side, this sales tactic is just on the primary stage in China, considering many small and medium business owners, who may even don’t have an international credit account, still need to be assured it is a worthwhile investment. If the ads-investing procedures (payment or publishing) seem too advanced to follow (for this moment, Baidu adapts better the national conditions), a large portion of business will be ruled out. On the other side, the payback of the online advertisements isn’t satisfying either. The public’s traditional habitude of purchase (face-to-face) is hard to change in a short term and the rate of invalid click is much higher than in Occidental countries, maybe due to curiosity or fraud, which has already frustrated the advertisers in turn. At this point, the most widely accepted Google’s product has already encountered a cold shoulder and if it can’t win victory in this field, its all-out offensive in China will consequently be slowed down.

    Secondly, the structure of the Chinese research engine users also deserves study. According to the report of China IntelliConsulting Corporation, the average age of Baidu users is 25.5 while that of Google is 29.1. However, now for the biggest population of Internet users in China, say a group of 54.25 million ones, the average age is between 18 to 24. The main interests of this group are instant chat online, blog, forum…… and every category is already held by one or several domestic companies. Thus, thought Google does bring forth many smart products in Chinese version continuously, such as Google calendar, Google Reader, Google Scholar…… I just wonder whether these utilities can really meet the needs of the young group. (Really something different, rather than the image of vigor and youth which Google represents here, it links with high-education and high-revenue groups in China.) So if Google always lack the effective methods to attract them, the future still remains unclear.

    Finally, just show another reason which leaves Google in cold in China’s market: its Chinese name is neither pleasant nor original at all. When it was announced, many Chinese fans of “Google” have protested online and even resist to it until now. It is said the highest policy-making body of the company should be responsible for this choice….. I just want to point out the culture gap may be much more difficult to cross than expected, but if Google disdain to do it, it will be hard to win the world.

    In conclusion, I’d like to admit Google is really great for its contribution to mankind and I don’t doubt one day it can touch every corner of the world. But how long this course will take and how deep it can reach still depend on its will and strategy. As the message delivered in China, Google will take time to seize back the market. Let’s also be patient to wait and see.

  • Olina Fan says:

    Google, a simple user-friendly searching bar, has influenced our current life greater than ever. Its products cover from simple searching engine mail, calendar, and maps to the novelties like Google ads, Google earth and so on. Although they are all software products, they have greatly changed our physical lifestyle. For example, it has taken the place of paper yellow pages, and the Google adsense has brought some new thoughts to the traditional way of spending big money in the advertisement, now we can start with a small budget and still make our company known to the public.

    Google has taken up about 70% of the US search market share, but it’s not so HOT everywhere in the world. In China, it was beaten by a local brand: Baidu, which is considered the Chinese version of Google. Abelle has shown her point of view in this aspect, but I would like to provide more details and present my opinions. According to the latest Chinabyte report, CIC has published 2007 Chinese search market survey result. Compared to one year ago, Baidu continues to gain market share in the three largest cities in China. Surprisingly this year, it has broken the 70% record, meanwhile, Google combined only for 23%. Most of the market share goes to the two market leaders. But the difference between them is quite remarkable. Why Google is not as popular in China as it is in western countries? I think there are two reasons:

    First, language localization. Baidu intends to be the best searching engine designed for Chinese language users. They introduced “phonetic” or “pin-yin” search which allows the users to type in Chinese keywords using English alphabets. This feature is designed to skip the switching from English inputting to Chinese inputting and for when the user is not sure of the written form of a keyword. Now, google has improved its language function, the information that we can find is more relevant than before. But for this reason, Baidu has attracted many customer loyalties in the first place.
    http://ir.baidu.com/phoenix.zhtml?c=188488&p=irol-homeprofile

    Second, functions. Personally, I think this is the biggest reasons that Baidu attracts more customers, as the special functions that it provides better satisfy the Chinese customers. Because, the internet has developed quickly in China since the last decade, and now the network system is well developed only in the big cities, so people there prefer some functions more basic and practical than these novelties like Google earth, Google analytics; besides, let’s have a look at the target market. Here i quoted from Abelle: “According to the report of China IntelliConsulting Corporation, the average age of Baidu users is 25.5 while that of Google is 29.1. However, now for the biggest population of Internet users in China, say a group of 54.25 million ones, the average age is between 18 and 24. The main interests of this group are instant chat online, blog, forum…” I admit that Google analytics is very powerful, but it’s more suitable for the people at their 30’s, who are professional, relatively high-education and high-revenue.

    Here I would like to introduce some special functions of Baidu that Google doesn’t have.
    1. “Baidu mp3”, which provides the customers different format of songs, lyrics and enables them to find the song that they want directly with a keyword, and the most important, download them for free. But I think this function is quite difficult for Google, concerning the intellectual property issue.
    http://mp3.baidu.com/

    2. Besides, there’s a forum (we call it “bar of the posters”) in baidu, where u can poster the questions,or some subject under the key words, other ppl can discuss or answer your question. Everyday, according to the data from Baidu, there is more than one hundred millions people using the its searching engine, so u can imagine how many information can be postered.

    3. For the advertisement, baidu has exactly the same fonction as “adwords”, but the difference is that the clients can see the rankinglist of all the companies including himself under one keyword, in that case, they can adjust the price, and see the result immediately. The Chinese customers would like the biding system to be more transparent, and they eager for quick success and instant benefit, so it’s better to let them see the result of their invest as soon as possible.

    So my conclusion is that, with the development of the digital economy, Google or these companies like Google will continue to bring the surprises to our physical life. And they will surely change our life in a quiet but impressive way.

  • Google et les produits physiques

    Un shampooing Google?
    Selon moi, si Google décide de se lancer dans les produits physiques autres que les serveurs, Google se lancerait dans les produits de l’avenir, porteurs d’une masse critique certaine et où se joue déjà ou se jouera l’avenir technologique du futur. Une entreprise jouissant d’une image de marque aussi forte et ayant autant de résonnance auprès de ses utilisateurs ne pourrait faire la gaffe de lancer des shampooing ou autres produits insignifiants qui s’éloigneraient trop de son ”Core business”, les applications Web et autres produits Web reliés. Google possède le Google Store (2), soit des éléments promotionnels-type de toute bonne entreprise, donc des ensembles de vêtements pour bébé, des clés USB, des sacs, des t-shirts, des yoyos, des crayons, des serviettes de bain, des mouse pads, des stretch balls (!) (http://www.google-store.com/product_info.php?products_id=61) etc tout comme Yahoo! (3), Microsoft (4) et les autres grands de ce monde.

    G pour GPhone…

    L’industrie du Mobile constituerait l’avenir de l’Internet, une industrie en forte croissance où plusieurs joueurs se battent déjà. Sont-ce des rumeurs, plus de 50 articles débatent de l’arrivée du Gphone depuis au moins un an? Il y a raison de douter lorsque la rumeur provient de sources journalistiques plus ou moins fiables… Mais lorsque le Washington Post (1) et le Wall Street Journal s’y mettent, le doute s’estompe.

    On voudrait y croire, surtout que ces articles disent que Google aurait présenté un prototype à des fournisseurs et manufacturiers, ce qui serait inévitable, puisqu’une entreprise ne peut tout fabriquer tout seul, du début à la fin du processus de production, sans consulter des entreprises externes, ce qui occasionnerait une fuite. Une chose est certaine: Google ne peut se laisser passer les opportunités qu’offre l’industrie du Mobile, au-delà de ses applications pour téléphones portables, l’entreprise se doit de tailler sa place agressivement, car les parts de marché futures pourraient se jouer là. IT Pro affirme que Google injecterait d’importantes sommes d’argent, soit des centaines de millions de dollars dans son GPhone (17). http://www.itpro.co.uk/news/121619/google-pumps-big-money-into-gphone.html Cela semble quand même être des sommes astronomiques…

    Open Moko: un Mobile ouvert…
    Les ”rumeurs” voudraient même que le GPhone, (si on peut le nommer ainsi), sera basé sur la technologie Open Moko (11)(12)ce qui stimulerait les développeurs, friands de Linux et du code ouvert. Cette offre qui pourrait couper l’herbe sous les pieds du iPhone et ses restrictions qui en font huer plusieurs d’insatisfaction. Selon ComputerWorld (7)(8), le produit physique Google Phone arriverait bientôt.
    Les utilisateurs des Google Forums (16) s’activent en créativité. Ils spéculent sur le lancement d’un Gphone prochain, et pensent que la technologie derrière le tout serait celle du open Moko. Selon Znet, voici de soit-disant ”photos” du GPhone: http://blogs.zdnet.com/Google/?p=503

    D’après Unstrung, Google aurait au moins 100 employés dédiés au développement cellulaire. Et son centre d’expertise ou d’excellence pourrait être situé en Inde (9).

    G actif dans la course à la mobilité… avec du Wifi?
    Google est actif dans l’univers du Mobile et a des produits qui y sont associés:
    GOOG-411, Gmail on the go, Picasa, Map, Search, les nouvelles, les sms, etc. Google offre déjà du Wifi dans la zone de Montain View ou elle a un campus, entre autres. L’offre détaillée est présente sur un de ses sites (5): http://wifi.google.com/
    Après Montain View, San Francisco Wifi est un projet sur la carte: “Google is working to provide a wireless network for the city of San Francisco, California. Currently, there is no set date regarding when this service will be available, nor are there current plans to provide a wireless network to any other cities. Please refer back to our Help Center for further updates”, stipule son Centre d’aide en ligne.

    Plus le temps passe, plus la rumeur s’intensifie et plus d’articles publiés semblent vouloir la confirmer. À quand le jour J? Et si Apple s’est lancé dans le cellulaire, pourquoi pas Google?

    (1) Washinton Post: un article sur un Prototype du Gphone montré aux manufacturiers et fournisseurs
    http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/08/02/AR2007080201884.html

    (2) Google Store:
    http://www.google-store.com/index.php

    (3) Yahoo Company Store:
    http://companystore.yahoo.com/2060403000.html

    (4) Microsoft Company Store:
    https://shop.ecompanystore.com/microsoft/MIC_Login.asp

    (5) Google Wifi
    http://wifi.google.com/

    (6) Zdnet.com Les photos du Google phone:
    http://blogs.zdnet.com/Google/?p=503

    (7) Computer World
    http://www.computerworld.com/action/article.do?command=viewArticleBasic&articleId=9028763

    (8) Computer World: The Google phone revealed
    http://www.computerworld.com/action/article.do?command=viewArticleBasic&articleId=9014178

    (9) Google phone out of India
    http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=132483

    (10) L”offre Mobile de Google:
    http://www.google.com/mobile/

    (11)Un article de Phoronix.com sur l’usage du Open Moko
    http://www.phoronix.com/scan.php?page=news_item&px=NTk1Mw

    (12)Now Toronto: un article sur le soit-disant aspect Open Moko du Gphone
    http://www.nowtoronto.com/blog/view_post.cfm?post=327

    (13) Unstrung : Google Spy: Big Team Picking Up Phone
    http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=118896

    (14)Google Phone: Out of India?
    http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=132483

    (15)Unstrung: Google’s Mobile Hiring Frenzy
    http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=130487

    (16) Les utilisateurs en débatent sur les Google Groups
    http://groups.google.com/group/gphone/browse_thread/thread/1689f313a195489d

    (17)http://www.itpro.co.uk/news/121619/google-pumps-big-money-into-gphone.html

  • Mehdi Lamani says:

    Google prendra-t-il une place dans le monde physique ?

    La compétition dans le marché

    Malgré sa taille dominante, Google Inc. se trouve sur des marchés qui sont actuellement très compétitifs. En effet, quelques géants, tels que Microsoft et Yahoo, offrent une compétition très sévère. De plus, plusieurs petites ou moyennes entreprises œuvrant dans le marché de la recherche Internet ou dans le marché publicitaire ou tout simplement dans le marché de la vente du détail essayent de s’attirer un maximum d’usagers sur des sites Internet. Ceci étant, Google Inc. ne doit pas cesser l’innovation de ses produits et ses multiples services offerts, car sinon elle pourrait perdre facilement son avantage concurrentiel.

    Analyse de Google Inc. : la maturité, la politique de dividende, le risque et les prévisions

    Il est clair que Google Inc. est encore dans sa phase de croissance vu les différents secteurs et segments des marchés restants et pouvant être pénétrés. La compagnie est aussi très jeune d’âge (premiers revenus provenant de la recherche Internet en 1999 et provenant de la publicité en 2000) et possède une courte expérience avec son modèle de coût par clique. D’ailleurs, c’est pour cela que l’entreprise en phase de croissance doit faire des investissements de façon sélective et éviter les risques non nécessaires qui pourraient l’affaiblir.

    On remarque que même la politique de dividende de la compagnie confirme ce dernier point puisque les gestionnaires de l’entreprise ne versent aucun dividende. Effectivement, ceci signale un nombre élevé de projets dans lesquels on peut chercher des rendements intéressants au lieu de verser des dividendes. Le réinvestissement dans l’entreprise et ses projets (surtout les projets dispendieux tels que les acquisitions) indique une bonne santé financière et un désir d’investissement continu. Ceci est généralement perçu de manière très positive par les investisseurs recherchant des titres de croissance sur les marchés.

    Pour mesurer le niveau de risque actuel de la compagnie, le bêta s’avère être une mesure efficace. Ce dernier mesure la sensibilité de l’entreprise face aux conditions macroéconomiques. Plus l’activité de l’entreprise est sensible aux conditions du marché et plus son bêta sera élevé. Le risque moyen de tout le marché se chiffre à 1. Le risque de Google Inc. quant à lui se chiffre à 1.01 ce qui signifie que la compagnie est stable et aussi risquée qu’un investissement dans le marché global.

    Pour ce qui est des prévisions, les gestionnaires de Google Inc. s’attendent à une baisse du taux de croissance des revenus et une hausse des coûts d’opération vu la rapide croissance en taille de la compagnie (risque de gestion des acquisitions).

    Réactions des investisseurs

    Il est très fort probable que les investisseurs prennent mal la décision d’investir dans un nouveau marché si celui-ci n’a aucun lien avec les activités actuelles de la compagnie. Le cours de l’action de Google Inc. (symbole : GOOG) fait face à énormément de volatilité provenant des résultats des opérations, des annonces des compétiteurs, des recommandations des analystes, etc. Ceci est important puisque la capitalisation boursière de la compagnie : 174,3 milliards de dollars US (560,10$ l’action multipliée par 312,14 millions d’actions) est affectée directement par le cours de l’action et les investisseurs ne permettrons pas aux gestionnaires de faire ce qu’ils veulent si les résultats positifs ne suivent pas. D’ailleurs, c’est pour cela que Google Inc. effectue des acquisitions au lieu de se lancer elle-même dans un nouveau secteur (exemple : Google Video / YouTube). Contrairement à Microsoft qui se lance dans le marché des jeux vidéo et se permet des pertes phénoménales depuis les derniers exercices financiers.

    Conclusion

    Si l’on considère que le monde physique représente des secteurs d’activités inconnus à Google Inc. alors je ne pense pas que cette dernière va risquer de se lancer dans de nouveaux secteurs d’activités. Cependant, si le marché physique désigne des produits liés ou pouvant bénéficier du secteur d’activité alors la réponse est oui.

    _________________

    Sources :

    Rapport annuel 2006 de Google Inc. :
    http://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1288776/000119312507044494/d10k.htm

    Informations financières :
    Terminal Bloomberg (Salle des marchés – HEC Montréal)

    Livre :
    Finance d’entreprise théorie et pratique, Aswath DAMODARAN, De Boeck & Larcier s.a., 2004

    Sites :
    Cycle de vie : http://www.surfeco21.com/imagcours/atechno.jpg
    Informations financières : http://finance.yahoo.com/q/ks?s=GOOG
    Le bêta : http://www.investorwords.com/468/beta.html
    Pertes MS : http://games.slashdot.org/article.pl?sid=07/07/20/1648241

    Mehdi LAMANI, 11002042

  • Louis Larochelle says:

    I believe that it’s very probable that Google will enter the race of the physical world whether it is by strategic alliance or simply by internal development. Even if this seems to ask Google to stray out of his core business, it is important to look at the market segment in which Google evolves and to look at it not in a short term but in a long term perspective. The future of technologies is all about convergence, where a simple device will give us a personal computer capability in the palm of our hand anywhere and at anytime. The technology sector is a market segment often different from other markets because usually only one winner comes out from his niche and this winner makes very good profit margins.

    By analyzing the strategy of Microsoft for the Zune, a portable music device, we might understand why a digital company like Google could try to move to the physical world. Microsoft has tried with many fruitless attempts to compete with the Apple’s iPod until it changed its strategy to a physical device. At first, Microsoft formed strategic alliances with MP3 devices companies. Microsoft would develop the software by enhancing Microsoft Media Player software functionalities and capabilities and the MP3 device companies would design and produce the MP3 devices. This strategy resulted with poor sales of the devices. Then, Microsoft opened MMP to every MP3 device company by allowing compatibility between MMP and MP3 devices but without any result to show for it. Microsoft tried to stay in its core business (software) but it showed only poor performance. This pushed Microsoft to change strategy by designing Zune and enter the physical world. This gave much better results and gave profitability not only with the hardware and accessories but also some money was made with MSN Music song store and from partnerships done with online music store with a pay-per-download model. From this example, we can understand that a software company enables a strategy towards physical devices to get its strategic advantage. Like Microsoft, Google staff has a software background and this should not be neglected. To make this move to a physical device, a software company will have to involve higher R&D cost than a hardware company. The software company has to see a clear strategic advantage because enabling this kind of strategy is riskier due to the nature of the strategy. Often, the strategy to go physical is link to the software core business. For Microsoft, it linked to Microsoft Media Player and Microsoft music store. For Google, it had a similar strategy with his Google Mini Server. It sells servers with his search algorithm to classify and search through a company’s documents. The move to sell a server is mostly to broaden the revenue possibilities of its search engine. This move from Google is directly link to its core business.

    But why would Google try to enter the physical world by developing a cellular phone (Gphone)? The cellular phone sector is known to be a saturated market with players like Motorola, Nokia, Ericsson, Research in motion and new comers like Cisco and Apple. The answer is quite simple. Technology is converging to a single device which will permit to communicate, entertain, exchange… The foreseen market for this segment is huge and revenues are evaluated in the billions of dollars. By controlling such a device, it will increase the possibilities of revenues and at the same time, it will be a good fit for Google search engine and all of its software it’s currently developing. The Gphone gives Google a mobile device that will broadcast its software useful for mobile users such as Google Maps, Google Earth, Gmail and evidently Google search engine and permit to obtain Google’s critical mass. The firm is also introducing ads to YouTube videos which can be replicated on mobile phones. Google knows that it needs to link social networking with a strong mobile strategy in order to leapfrog its competitors and end up crowned as victor in this already-overpopulated space.

  • ivanbek says:

    Pourquoi google ne passera pas au physique
    Google est connu par le grand public comme le moteur de recherche par excellence. Cette image est celle voulue par les créateurs de cette infrastructure. Google ayant conquis la première place dans le domaine de la recherche d’information et ayant commencé à diversifier quelque peu sa gamme de produit, certains arrivent à penser que google va se lancer dans le commerce de produits physiques. Pourquoi selon moi ce passage ne se fera pas.
    L’unicité
    Le fil directeur de toutes les activités de google est la recherche d’information et toutes les nouvelles acquisitions (youtube…) ou toutes celles proposées depuis plus longtemps par google sont tournées vers cette recherche d’information ( youtube pour la video, google map, adsense qui met en valeur une information etc…). Cette unicité permet a google de rester cohérent par rapport a ses objectifs. Elle permet une inter dependance de ses différentes entités, les applications peuvent se partager la meme plate forme , la recherche et developpement pour un produit ne profite pas qu’à ce dernier. Un passage dans le monde physique demandera soit une redifinition de l’objectif global de google soit la création d’une entité ayant un autre objectif que le premier. Je perçois difficilement la mise en vente d’une boisson google qui se vendrait certainement beaucoup mais qui nécéssiterait un tres gros effort pour l’entreprise et peut etre meme brouillera son image.
    La structure
    Un petit rappel sur l’histoire de google : cette société a été créée par deux étudiants en PhD qui ont fait de leur travaux la réussite qu’est google. Cette réussite est donc due au fait que ses fondateurs sont dans un domaine qu’ils maitrisent parfaitement. Google est dirigé exclusivement par ses deux fondateurs et un troisieme larron tous experts dans le meme domaine. Cette situation pourrait etre une grosse faiblesse dans le cadre d’une diversification d’activité dans le domaine du physique, les dirigeants n’ont pas l’expertise et le système de décision est aussi cloisonné que celui d’une PME. Aller vers le physique demandera de faire venir d’autre compétence. La solution pourrait venir de l’achat d’une entreprise déjà présente dans ce domaine mais ce la ne resoudra pas forcément le manque d’expérience de google dans ce domaine. Pour passer outre cette absence d’expérience peut etre faudrait il que les dirigeants de google partagent un peu le pouvoir décisionnel. À mon avis ils ne sont pas prêt a le faire.
    Positionnement dans le marché
    Google est leader dans son domaine, passer dans le domaine physique le fera rencontrer une autre concurrence dans un domaine qu,il ne maitrise pas. Google est il prêt a etre deuxième, comment le consommateur jugerait il ce changement d’activité.
    Pour toutes ces raisons, pour moi le passage de google dans le monde physique n’est pas pour demain.

 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>