LA MODE ET LA THÉORIE DES JEUX ÉVOLUTIVE

L’univers de la mode est très compétitif. Les entreprises de ce secteur, afin de se démarquer, emploient différentes stratégies leur permettant de faire face à cette compétition. Les résultats ainsi obtenus peuvent se solder soit de gains, de pertes ou être nuls. Ces décisions stratégiques sont toutes simplement basées sur  la théorie des jeux.

Cependant, comme stipulé dans mon premier billet, « l’internet a révolutionné la distribution de vêtement en ligne ». L’arrivée de l’internet a obligé plusieurs entreprises du secteur de la mode à  modifier leurs modèles d’affaires afin de faire face à ce changement radical suite au succès de boutiques purement virtuelles comme Zappos . Ceci dit, les entreprises physiques existantes avaient 2 choix en faisant référence à  la théorie des jeux:

-          Avoir une présence sur le web (informationnelle et transactionnelle)

-          Ne pas avoir une présence sur le web

Celles qui ont décidé d’avoir une présence sur le web jouissent de certains avantages :

  • Bénéficier de la couverture globale qu’offre le web
  • Être présent quelque soit l’heure vu l’accessibilité en tout temps qu’offre l’internet
  • Offrir au client ce qu’il désire dans le confort de chez lui
  • Permettre au client de sauver du temps

Celles qui ont choisi de ne pas avoir de présence sur le web ne bénéficient d’aucun de ces avantages et doivent faire de plus grands efforts afin de survivre car la mode évolue avec la société.

En regardant maintenant l’industrie, nous voyons que presque toutes les entreprises de la mode ont une présence en ligne pour ne pas dire toutes. Donc celles qui ont choisi de ne pas utiliser le web s’en sortent perdantes. De plus en plus  on remarque que d’autres compagnies réalisant que le web est un outil avantageux pour  la distribution en ligne des vêtements décide de s’accrocher.

Toutefois, celles qui avaient vite compris l’avantage du web continue d’évoluer car le secteur de la mode évolue avec la société (théorie des jeux évolutive). C’est-à-dire, vu la popularité et la croissance continue d’utilisateurs sur le web, les compagnies n’ont pas eu le choix de s’adapter. En plus de l’existence de leurs sites web, ces entreprises maintenant s’inscrivent sur les réseaux sociaux (voir graphe) afin d’en tirer avantage puis que ces sites populaires sont une nouvelle tendance et compte plus de 200 millions d’utilisateurs. En devenant membre de ces sites, les entreprises ont l’opportunité d’être plus proche de leurs clients et peuvent communiquer directement avec leurs membres. Prenons l’exemple de Burberry qui essaye de gagner des parts de  marché à travers les réseaux sociaux (Facebook, Youtube et Twitter) comme relate  l’article publié sur le New York Times : « Burberry Looks Online for Ways to Gain Customers ». Ces entreprises ne font que se multiplier sur ces sites de réseaux sociaux. Nous pouvons également noter la présence de Zappos sur Twitter et celle d’Yves Saint Laurent sur Facebook.

107035

En conclusion, vu que le secteur de la mode est reliée à la théorie des jeux évolutive,  on se  demande quel sera le futur de ce secteur étant donné que la société ne fait qu’évoluée?

Sites consultés

www.nytimes.com

www.emarketer.com

www.zappos.com

www.facebook.com

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>