La théorie des jeux et le marché de l’enseignement

Les garanties du meilleur prix qu’on trouve souvent dans les offres des universités canadiennes. En garantissant le meilleur prix, une université offre la formation au frais le plus bas d’un concurrent afin de ne pas perdre les étudiants. Dans sa forme la plus simple, une université offre  au plus bas prix offert par le concurrent pour une formation identique lorsqu’un étudiant présente une preuve solide qu’un tel prix existe. [1]

En réalité, toutefois, l’université se réserve le droit de vérifier si la formation est disponible chez le concurrent. Sinon, l’université  peut refuser de donner la formation à ce prix et l’offrir  à l’étudiant son prix courant (il s’agit là d’une garantie du meilleur prix selon la disponibilité).Afin d’étudier l’effet de la disponibilité de formation ainsi que la vérification de celle-ci, le chercheur a établi un modèle de duopole statique non coopératif d’université qui offrent la garantie du meilleur prix – compétition horizontale – dans un marché sensible aux prix et avec deux types d’étudiants, soit les étudiants informés et non informés. [2]

Les étudiants non informés ne connaissent pas les prix du marche, les étudiants informés, oui. La compétition verticale du modèle est modelée à l’aide d’un jeu à la Stackelberg. Plus spécifiquement, le modèle comprend un fournisseur de formation (université) qui donne le programme à deux facultés (suiveur).L’analyse de l’équilibre des jeux qui en découlent s’avère être un défi technique de taille. Il peut y avoir plusieurs équilibres dans le jeu horizontal. Cependant, il est possible de choisir une stratégie acceptable à toutes les facultés à l’aide de techniques de raffinement d’équilibres (ex., Pareto et dominance stochastique). Une analyse comparative permet de mieux comprendre l’impact de la disponibilité de la formation en facultés. Les chercheurs identifient les moteurs principaux (en plus du niveau de disponibilité) : la taille relative des deux segments des étudiants et l’évaluation de la formation. Ils analysent les effets de ces facteurs et démontrent que les facultés préfèrent la garantie du meilleur prix à la garantie selon la disponibilité si le segment non informé des étudiants est relativement plus important et la disponibilité chez le concurrent est également élevée, ou le contraire. En revanche, l’université  préfère toujours la garantie du meilleur prix sans égard à la disponibilité parce qu’elle donne lieu à une demande plus forte. De plus, l’adoption de la garantie du meilleur prix selon la disponibilité réduit l’intensité de la concurrence tant horizontale que verticale lorsque le segment non informé valorise moins l’offre de la formation, mais elle augmente l’intensité lorsque ce segment valorise l’offre de formation davantage.

Dans une autre étude,   le modèle va plus loin pour étudier les décisions concernant le prix et l’inventaire de facultés concurrents en situation d’incertitude de la demande. Afin de mettre en évidence les effets de l’incertitude, le modèle ne concerne que les étudiants informés, et il vérifie l’hypothèse économique selon laquelle la garantie du meilleur prix aboutit à la collusion tacite et à des prix élevés (de monopole). [3]

[1] :http://neumann.hec.ca/pages/michele.breton/fichier/bul_fr_gerad_07.pdf

[2] : http://www.autisme-economie.org

[3] : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1998_num_53_3_279686

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>