Le commerce électronique moteur principal de la nouvelle économie…

Le terme de nouvelle économie est apparu dans les années 90 avec l’essor des nouvelles technologies et principalement Internet qui a influencé le monde de l’entreprise à tous les niveaux. L’histoire du monde moderne est marquée par l’avènement de chaque révolution industrielle ou scientifique (1780-1800 1ère R.I. Machine à vapeur, 1840-1870  Révolution ferroviaire, 1890-1920 2ème R.I. Moteur à explosion Moteur électrique, 1945-1950 Révolution scientifique Physique Chimie, 1970 3ème R.I. Électronique Informatique, 1990 Révolution des NTIC).  

Plus qu’un développement technologique, l’internet marque donc une période de révolution. Bill Gates l’annonçait dans son livre « la route du futur » en 1995. Il nous invitait à découvrir un monde meilleur en soulignant que la révolution informatique était  la première révolution pacifique.

L’énoncé de la Charte d’Okinawa sur la société mondiale de l’information (sommet de l’OCDE en Juillet 2000) confirme l’importance des mutations économiques et sociales dans le cadre de la nouvelle économie. Il appelle à combler le fossé international de l’information et du savoir. Outre les mesures prises pour favoriser le déploiement du commerce électronique, il implique un certain nombre d’organismes internationaux tels que l’OMC, l’IUT, le PNUD et d’autres organisations qui ont un rôle à jouer dans la démocratisation de l’accès aux nouvelles technologies à travers le monde.

Cette initiative n’induit pas forcément à l’émergence aux quatre coins du monde des pôles technologiques à l’image de ce que l’on observe aux états unis ou en inde. L’affirmation de Mandel en 1998 «le monde entier ne va pas se transformer en Silicon Valley » va dans ce sens. Nous sommes amenés à mieux utiliser les ressources mises à notre disposition pour construire la nouvelle économie au lieu de nous engager dans une course sans fin aux innovations technologiques qui devront trouver des champs d’application dans l’économie réelle pour rester viables. Pour rappel simplement, l’explosion de la bulle internet de l’été 2000 a eu le mérite d’enrayer toute spéculation négative sur les entreprises des secteurs liés à l’informatique et aux télécommunications.

Le commerce électronique qui est le champ d’application par excellence de toutes ces nouvelles techniques de communication en vue d’élaborer un modèle de concurrence parfaite, est une réalité qui touche tous les secteurs.  Nous parlons désormais de nouvelle économie comme le démontre Christian BIALÈS dans son étude de 2007.  Don Tapscott affirmait déjà en 2001 que la « new economy »  était bien là avec l’internet comme moteur principal et toute entreprise voulant nier cet état de fait était  vouée à l’échec, en dépit du crash boursier encore récent à l’époque.

Aujourd’hui les sociétés liées à Internet se sont structurées et proposent des solutions concrètes qui nous font gagner du temps et de l’argent. Les bénéfices du commerce électronique sont évidents : baisse des prix, diversité  et transparence  de l’offre, commodité et facilité…etc. Certes il restera des secteurs où il faudra attendre d’autres innovations pour généraliser ce mode de distribution comme les produits ayant trait à l’olfactif, le toucher ou encore la dégustation. Mais même dans ces cas, le modèle « click and morter » gagne du terrain en combinant les activités en ligne et la vente en magasin. Les bases jetées par l’OCDE en 2000 vont être consolidées par les réalités d’une décade d’utilisation des NTI et le nouvel environnement de l’après crise actuelle. Cette dernière aura rendu l’acte d’acheter plus réfléchi avec une comparaison plus minutieuse et  moins d’empressement. 

Quelle autre forme de commerce actuellement éprouvé répond à ce besoin si ce n’est le commerce électronique ?!

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

1 Commentaire »

 
 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>