Les banques traditionnelles, sont-elles menacées ou avantagées par l’arrivée des nouvelles technologies d’Internet?

Depuis les dernières années de plus en plus des banques en ligne essayent de pénétrer la barrière à l’entrée des marchés financiers en proposant un nouveau modèle de banque : gestion des comptes 24/7 en utilisant Internet accompagnée des tarifs très agressifs.
Comment les banques traditionnelles résistent? Ça reste que le métier de banquier est extrêmement sensible aux notions de confiance, fiabilité et sécurité.
Prenons exemple de Banque Nationale du Canada, la sixième banque sur la charte fédérale en importance au Canada et la première banque en importance dans la province de Québec qui a fêté récemment ses 150 ans d’histoire. La mission de BNC depuis toujours est de mériter la confiance de ses clients et leurs proposer les services financiers complètes. Sa stratégie est le déploiement de la vision « un client une banque », visant à ce que chaque point d’entrée au Groupe financier donne accès à la même prestation de service exceptionnelle. [1]
Les technologies d’internet sont tout simplement intégrées et s’inscrivent bien dans la chaine des valeurs de la Banque Nationale et sa stratégie d’affaire. Elles permettent mettre au niveau suivant d’évolution tout ensemble de services financiers  pour la clientèle de la banque. Les entreprises et les particuliers n’ont pas à se soucier des systèmes informatiques requis pour réaliser leurs affaires électroniques, seule une connexion Internet suffit. La Banque offre des solutions clés en main, en mode imparti et dans un environnement sécuritaire conforme aux plus hautes normes bancaires. [2]

Avec toutes ses possibilités l’internet amène beaucoup de risques de fraude dans les marchés financiers. Comment rester fidèle à la mission principale, mériter la confiance, et tirer tous les avantages du e-banking ?
La Banque Nationale s’associe avec les meilleurs fournisseurs de solutions technologiques : eScoutSM , SAP®, Oracle®, PeopleSoft® , BCE Emergis. L’année dernière, Le Groupe Financier de la Banque Nationale a renouvelée un contrat avec IBM en vertu duquel La Banque Nationale doit investir 450 millions dollars dans ses infrastructures qui seront révisées par IBM. IBM va s’occuper aussi de l’ordinateur central de la banque, de l’administration de son serveur et d’un service d’informations pour les employés de la Banque Nationale. [3] Les investissements technologiques si lourds comme ceux de la Banque Nationale peuvent être la barrière à rentrée  très difficile à percer.

Selon  le journal Finance & Stratégies, les nouveaux acteurs sur la scène, les banques en ligne indépendantes, n’ont jamais réussi à atteindre les objectifs fixés en termes de clientèle, malgré les prévisions optimistes et promoteurs à leur création à la fin des années 1990.  Ils n’ont pas réussi à proposer des prix suffisamment bas pour se démarquer, faire oublier l’absence de relation physique entre le client et le banquier, et réussir à capter une partie de la clientèle habituée à un modèle classique. [4] Les dernières absorptions répandues de banques en ligne par les banques traditionnelles remet en question le modèle  de banques en ligne comme telle.

Les  banques ont été toujours parmi les premiers à exploiter les nouvelles technologies, à se souvenir du télégraphe. Certes,  l’internet est un phénomène marginal, mais il ne change guère dans les  principes de métier de banquier.

[1] http://www.bnc.ca/bnc/cda/index/0,4229,divId-2_langId-2_navCode-1300,00.html

[2] http://www.bnc.ca/bnc/cda/newsdetail/0,2714,articleCode-11268_divId-2_langId-2_navCode-6100_viewFilter-2002,00.html

[3]http://benefice-net.branchez-vous.com/actubn/2009/04/ibm_et_la_banque_nationale_sas.html

[4] http://finance.sia-conseil.com/20070206/les-banques-en-ligne/

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>