Les professionnels du tourisme plongent dans le web analytique

« Les Web Analytics regroupent la mesure, la collecte, l’analyse et la présentation de données provenant d’Internet utilisées afin de comprendre et d’optimiser l’utilisation du Web.

Dans un contexte de vente en ligne, les Web Analytics font référence à la mesure d’aspects d’un site web liés à la stratégie commerciale de l’entreprise comme, par exemple, quelles sont les pages web ayant conduit au plus grand nombre d’achats en ligne ? ».[1]

Comme nous l’avons déjà discuté[2], le tourisme et les activités commerciales lui étant reliées sont en train de se numériser. Cela s’accompagne ainsi de nouvelles pratiques, en l’occurrence le Web Analytique qu’aborde le présent travail. Il s’agit en quelque sorte des statistiques sur les pages web que l’on peut obtenir de plusieurs fournisseurs dont Google Analytics, leader en la matière (environ 40% des parts du marché dès le 2ème trimestre 2008 selon eMarketer) (voir exemple de sortie d’écran et *vidéo de présentation de l’interface*). Ensuite vient Omniture, récemment racheté par Adobe.

Nous tentons ici de répondre à la question relative au degré d’adoption de tels outils par les gros joueurs de l’industrie touristique. Je pense que de manière globale et dans toutes les industries la tendance est au transfert des services sur le web (voir mon article) et par ricochet à l’adoption de nouvelles pratiques et mesures adaptées au web. Au niveau pratique c’est essentiellement l’analyse de l’entreprise et de son achalandage sous un angle purement orienté web (web analytics), qui va découler sur un besoin accru en SEO (voir outils , techniques). Ce phénomène peut être conceptualisé spécifiquement pour le tourisme par le schéma[3] suivant.

1826911-1940774-thumbnail

Travel & Tourism SEO Process

À présent, pour répondre à notre problématique plus particulièrement, du moins concernant le Québec – pourtant moins dynamique dans ce domaine que la France ou les États-Unis surtout-, il suffit de voir la rivalité (interentreprises) existante pour comprendre à quel point la demande en « analytics » est importante. Nous établirons ainsi à quel point les protagonistes de notre industrie prennent la chose au sérieux et l’adoptent. L’offre est aussi très présente. À titre d’illustration, l’été dernier, une vingtaine d’agences spécialistes en stratégie marketing/ référencement sur internet et autre cybermétrie sont entrées en compétition afin de pouvoir compter le bureau canadien du Comité Martiniquais du Tourisme parmi leurs clients. Le groupe qui en est sorti vainqueur a aussi signé un contrat avec le Groupe Dufour qui lui a confié sa stratégie Internet et ses activités d’optimisation de la présence web (voir article).

Les grosses « boîtes » de tourisme extraient ainsi des données brutes qui vont être à la base de décisions stratégiques. On peut savoir entre autres, l’évolution du nombre de visiteurs sur notre site (le « traffic »), les pages les plus visitées, les moments ou périodes auxquelles elles le sont, le taux de rebond, etc. comme nous l’avons vu dans la présentation de Google Analytics. Exemple concret dans l’industrie du tourisme pour terminer : une analyse de conversion visant la maximisation du ROI a donné le tableau suivant pour un site de location pour vacances (voir page web).

Conversion analysis

Conversion analysis


Voir aussi: entonnoir de conversion

Articles reliés:

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_Analytics

[2] http://www.economie-numerique.com/vacances-destination-%E2%80%A6-google/ par Ousmane Sock

[3] http://travelstrategybusiness.com/travel-tourism-seo/

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>