Quelle est la vraie valeur de l’information des usagers sur Internet?

photo_Data-SecurityLe vol d’identité est le crime qui connaît la plus grande croissance dans les dernières années. Même si les internautes adoptent de nouvelles pratiques et technologies permettant de protéger leurs données personnelles en ligne, qu’arrive-t-il si le bris de sécurité se déroule du côté des entreprises qui collectent et entreposent des renseignements sur leurs clients?

Bien que les consommateurs canadiens se disent de plus en plus concernés par la sécurité de leurs renseignements personnels sur Internet, on assiste à une banalisation face à la divulgation de certaines informations en ligne, notamment via les médias sociaux. La Commissaire à la vie privée du Canada admet même que la révélation de ces informations est peut-être le prix à payer pour avoir accès à certains services gratuits sur Internet, tel que Facebook. Vous serez donc d’accord avec moi : la quantité d’informations disponibles sur Internet augmente de jour en jour, et les entreprises en intensifient la collecte.

Les gouvernements ont donc dû intervenir au même rythme que les changements ayant lieu dans la société afin de défendre leurs concitoyens face aux nouvelles réalités liées à la protection de leur identité, tel que présenté dans l’article de mon collègue Abdelmounaime. L’État cherche à réduire les collectes d’informations abusives effectuées par les entreprises afin de ne pas compromettre la sécurité des consommateurs. Sears l’a appris à ces dépends aux États-Unis.

En effet, l’entreprise offrait dix dollars à tous les internautes qui acceptaient de télécharger un logiciel-espion permettant de suivre et d’étudier leur navigation sur le Web. Le détaillant n’avait toutefois pas spécifié l’ampleur de la surveillance qu’il entendait effectuer, et qui allait même jusqu’à collecter les relevés bancaires des consommateurs, les contenus de leurs courriels et autres informations n’ayant rien à voir avec les services de l’entreprise. La FTC a fait pression afin que Sears mette fin à cette campagne, et qu’elle détruise toutes les informations qu’elle lui avait permis d’amasser. Cette décision démontre la tendance des gouvernements à adopter une politique de prévention face à la protection de la vie privée, et à intervenir dans des situations même s’il n’y a pas de preuve formelle qu’un consommateur a subit un préjudice.

À cet égard, le gouvernement canadien a introduit en 2004 la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE), qui vise à créer un équilibre entre le droit à la vie privée des individus et le besoin grandissant des entreprises d’avoir accès à des renseignements pour mieux rejoindre leurs clients. La LPRPDE expose les bonnes pratiques liées à la gestion et à la protection des renseignements personnels faites par les entreprises dans le cadre de leur activité. La vie privée est donc liée à une notion de contrôle pour les consommateurs, et au droit de ceux-ci de choisir les renseignements qu’ils souhaitent divulguer, à qui ils souhaitent les divulguer et dans quel but. Malgré la valeur importante que représentent les données des clients pour les entreprises, celles-ci ont tout avantage à réduire leur collecte afin de ne conserver que les données ayant une valeur concrète pour leur offre de services. En effet, tous les renseignements qu’elles entreposent doivent être protégés de façon suffisante, afin d’éviter d’éventuels litiges avec les gouvernements.

À cet effet, l’entreprise américaine TJX a eu l’occasion de réaliser la valeur réelle des informations de ses consommateurs. En effet, suite au vol de numéros de cartes de crédit dans les systèmes de l’entreprise, celle-ci a fait face à des poursuites provenant d’avocats de 41 états américains et a été contrainte à payer 9,75 millions de dollars en réparation.

Avec le recul, les entreprises sont amenées à réaliser que les dépenses nécessaires pour sécuriser les données de leurs consommateurs sont bien faibles à côté des pertes que représentent un bris de sécurité dans des données sensibles pour l’image et la réputation de l’entreprise.

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>