Une illustration de l’application de la théorie des jeux dans l’industrie de l’éducation au Canada : Les partenariats dans la recherche interuniversitaire.

Il est courant de rencontrer des titres relatant les succès des centres universitaires dans le domaine de la recherche. C’est donc avec une légitime fierté que les universités font part au public des résultats concluants des recherches menées par leurs équipes, ce qui augmente la côte de l’école.

Se démarquer des acteurs de son secteur procure un avantage certain à une entreprise sur ses compétiteurs. Cela est aussi valable dans l’industrie de l’éducation où le développement de nouvelles formations et la mise en place des centres de recherche constituent des éléments susceptibles d’apporter de la valeur. Ces activités bien qu’elles permettent aux universités de se distinguer des autres sont d’un autre côté des centres importants de coût. Et il serait pénible sinon inacceptable pour une université de renoncer à la recherche à cause des coûts élevés de cette activité.

Confrontées à ce type de problème les universités canadiennes ont alors des choix à faire. Doivent-elles continuer à mener seules certaines recherches ou doivent-elles établir des partenariats en créant des centres de recherche conjointement avec d’autres universités? Choix difficile. Car le fait de mener ses recherches dans ses propres laboratoires et avec ses propres chercheurs garantissent en cas de succès un avantage sans partage à l’université. Avantage qui se traduira par une meilleure côte dans le milieu et qui recommandera cette université aux futurs étudiants et aux entreprises. D’où création de la valeur. Avec un partenariat, l’avantage en cas de succès sera partagé entre les différents partenaires.

D’un autre côté, les coûts que peut engendrer la recherche constituent souvent des facteurs bloquant pour cette discipline universitaire. Avec cette information, une université qui ne peut mener seule ses activités de recherche comprendra que sans partenariat, pas de recherche donc l’avantage qu’apporterait cette activité serait égal à zéro. Si nous considérons que la décision prise par une université entrainera des conséquences non seulement pour elle mais aussi pour les universités concurrentes, nous pouvons alors affirmer que tous les éléments sont réunis pour un exercice de la théorie des jeux tel que nous l’apprennent Von Neuman et Morgenstern dans leur ouvrage « The Theory of games and Economic Behavior. » En effet les éléments à mettre en présence pour que l’application de la théorie de jeux soit possible sont les joueurs, les règles et les gains à tirer par les protagonistes.

De la même façon qu’il est démontré qu’une cohabitation est nécessaire aux universités dans la mise en place de programmes conjoints, la recherche s’avère être un excellent domaine où des partenariats gagnant-gagnants permettront aux universités canadiennes d’atteindre ce point d’équilibre où il est préférable pour une université de partager ses gains avec un partenaire au lieu de tout perdre .

Parmi les partenariats interuniversitaires au Canada, nous pouvons citer les suivants :

GRIISIQ : Groupe de recherche interuniversitaire en intervention en Sciences Infermières du Québec;  Université de Montréal, Université McGill, Université de Laval, Université de Sherbrooke,

CISMIQ : Centre d’infrastructures sismiques majeures interuniversitaire du Québec ; Université de Sherbrooke, Ecole Polytechnique et Université McGill

CEISCE : Centre d’études interuniversitaires des structures sous charges extrêmes;  Université de Sherbrooke, École Polytechnique, Université McGill, École de technologie supérieure de Montréal, Université Concordia.

En plus des partenariats à l’échelle canadienne, divers autres se sont développés au niveau interuniversitaire international.

Sources:

http://www.recherche.umontreal.ca/partenariats/possibilites.html

http://www.usherbrooke.ca/accueil/fr/accueil/nouvelles/nouvelles-details/article/2415/40/

http://www.uqam.ca/nouvelles/2003/03-187.htm

http://www.recherche.umontreal.ca/chercheurs_unites/unite_affichage.asp?unite_rech_c=232

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>