Le Web 2.0 à la rescousse des marques d’habillement

Avec la mondialisation, le secteur de l’habillement joue la carte de la proximité.

On a vu dans un billet précédent l’effondrement de l’industrie de la confection au canada notamment pour raison de coûts, les entrepreneurs du secteur n’ont d’autre choix que jouer la carte de proximité et identité culturelle.
Concrètement, Le nombre total d’employés pour le sous-secteur des Usines de textile au Canada est passé de 27 843 travailleurs en 1998 à 11 840 travailleurs en 2007. Par ailleurs, notons que le Québec est chef de file en matière de production textile avec plus de 50% du total textile Canada. Ainsi l’enjeu pour le Québec est de taille : préserver l’existant !!

Les entreprises de confection locales ont vécu une évolution de la délocalisation de l’industrie dans les pays d’Asie principalement. Les marques de prêt à porter font face elles à une vraie révolution : le développement de l’économie numérique et la vente directe d’usine.

Actuellement, l’internet et ses boutiques de commerces en ligne rendent l’accès aux produits d’habillement très facile à travers la planète et les coûts sont réellement intéressants malgré les droits de douanes qui doivent être acquittés dans certains cas ainsi que les frais de port qui sont inhérents à la livraison de la commande.

Comment alors les entreprises du secteur de l’habillement, de la mode en particulier peuvent contrecarrer l’exode du magasinage hors frontières comme elle a vu la fabrication disparaître ?

Justement une des solutions qui commence à prendre forme consiste à développer une relation entre le produit, le client et la marque. En 1993 B. Joseph Pine publiait le livre intitulé «Mass customization : the new Frontier of business Competition. »
Cet ouvrage est la référence pour le nouveau phénomène marketing qui se développe dans l’industrie de l’habillement : le sur mesure de masse comme voie de l’avenir. A ce jour, plusieurs marques ont développé ce concept telles que Nike, Zazzle, Saintsens et bien d’autres qui commencent à récolter les bénéfices de ce mode de distribution personnalisé.

Ainsi grâce au Web 2.0, des vêtements et accessoires de mode confectionnés sur mesure sont livrés en un temps record chez nous. Même si le concept a été pensé dans les années 90, il n’aurait jamais pu être appliqué sans l’arrivée d’Internet et les moyens de communication en ligne pour recueillir les informations des clients et aussi de garder un contact privilégié avec eux.

les réseaux sociaux pour promouvoir les marques de prêt à porter

les réseaux sociaux pour promouvoir les marques de prêt à porter

Toujours dans le même contexte, les réseaux sociaux tels que Facebook commencent à jouer un rôle très important dans la promotion de marques d’habillement avec pour avantage une fidélisation des acheteurs et la levée de la barrière du prix qui est un élément déterminant dans la vente en magasins physiques.
D’ailleurs pour ces derniers, un site e-commerce comme canal de distribution est parfois perçu comme un concurrent des réseaux physiques, mais de moins en moins.

En conclusion, rappelons simplement que la venue d’internet a coïncidé avec la fin de l’ère industrielle et l’apparition de nouveaux défis pour le secteur. Il est vrai que l’internet aurait pu favoriser le magasinage au détail en masse en dehors des frontières mais le résultat va à contrecourant en favorisant le développement de communautés autour des marques et la consolidation de cet attachement par la mise à disposition d’outils de customization.

Bookmark and Share

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un comentaire, or trackback depuis votre site.

2 Commentaires »

 
 

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>